Au jour le jour

Retrouver le chemin de l’année 2021

Bonjour,

Et une belle année 2021 à vous tous…

J’en arrive donc à ce premier article de début d’année. Drôle exercice…

Parce qu’à l’origine pour s’y adonner, il faut opérer un retour en arrière avant de se lancer dans l’année à venir. Pour cela, il faudrait avoir quelques bases sur la personne que j’étais il y a un an, pour faire le point… et c’est un peu dommage, je n’ai pas écrit d’article de début d’année en 2020… comme si la vie avait commencé en mars…

Ce dont je me souviens

Ce dont je me souviens, c’est d’avoir eu l’occasion de fêter ce passage vers l’année nouvelle en famille… la dernière fois où nous avons tous été réunis sous le même toit (pas forcément de façon concomitante…), et je me souviens que c’était doux…

Je me souviens de la fatigue qui s’était accumulée des mois durant, de mon besoin de me retrouver et d’aller à 1000km à l’heure en même temps. Aujourd’hui…, j’ai appris de ma fatigue, elle est mon signal, ma compagne, celle qui me dit d’arrêter « pour de vrai » et d’écouter les messages de mon corps… à force de flirter avec les burn out, il était temps… peut-être…

Alors en 2020, j’ai écouté ces choses qui montaient en moi que ce soit les signes physiques mais aussi les envies, les élans du cœur… et une volonté de créer un monde différent, à ma petite échelle. Mais un monde à mon image avec douceur et lenteur et amour…

Ouvrir son cœur

J’ai accepté d’ouvrir mon cœur et j’ai surtout accepter de recevoir ce que le monde était capable de m’apporter. Cela a été terrible émotionnellement… Recevoir pour être capable de donner à nouveau, capable de donner différemment, de donner avec le cœur ouvert.

Oui, je parle beaucoup d’ouverture du cœur. Il faut croire que c’est ce que je me souhaite et ce que je vous souhaite pour cette année 2021, de traverser cette année avec le cœur ouvert. Ouvert et prêt à la découverte. Ouvert en capacité de recevoir les dons, les leçons, la gratitude. Et ouvert pour être capable de donner qui je suis dans ma vérité.

Ces derniers mois, j’ai beaucoup pratiqué le yoga, la méditation, la respiration… J’ai trouvé dans chacune de ces pratiques un moyen de me reconnecter à mon corps. J’ai longtemps lutté contre lui. Je l’ai longtemps considéré comme une sorte d’étranger. Et le long travail que je réalise depuis des mois (années ?) autour de la proprioception ne ramène toujours à lui, à son unicité, à ses étonnantes capacités au quotidien.

Sentir l’énergie

Ces derniers temps, c’est la lenteur du yin yoga qui m’accompagne chaque matin ou presque dans la lenteur de la nuit d’hiver mais ces derniers jours je sens une forme de frémissements presque imperceptible. Dans le froid, sous la neige et la glace quelque chose se passe dans la chaleur de la terre. Sous mes pieds nus, cela frémit… des choses bougent, s’animent… l’énergie qui se repose commence son chemin vers la surface. Sans doute que dans quelques jours, je pratiquerait des postures plus yang et plus dynamiques mais là encore par paresse ou par peur que mon corps ne soit pas complétement prêt et reposé, je me complais dans mes postures yin, je m’y attarde et je savoure le chemin qui s’y dessine. Les muscles froids qui glissent pour créer de l’espace et mon corps qui propose à ma respiration d’épouser l’espace qui s’est créé et de venir y déposer mon cœur…

Retrouver mon espace

Mon corps, son repos, sa position et son appréhension de l’espace… et puis mon corps et son alimentation, aussi…. sans doute un axe important de cet année où je commence à recréer ma tribu de thérapeutes. Depuis la semaine dernière, j’ai commencé le défi vert ( #ledefivert )proposé par Odile Chabrillac lors de sa conférence du nouvel an… En résumé très rapide… Il s’agit de mettre du vert dans notre vie en commençant par manger/boire du vert à tous les repas. Grâce à acquisition d’un extracteur de jus, mes journées commencent avec un jus vert (merci la poire de rendre ce jus plus facile à boire…). En route pour 40 jours de traversée…. jusqu’au nouvel an chinois, jour du nouvel an énergétique….

Douceur aussi dans la poursuite du rituel du massage à l’huile, avant ou après la douche. toujours sur les conseils récoltés durant la conférence précitée, j’ai troqué mon huile de sésame contre une huile à l’arnica (Weleda) qui fait merveille sur mes muscles qui travaillent finalement beaucoup avec mes séances de yoga. Son odeur me transporte et me ressource aussi. L’arnica est une plante qui soutient le corps dans la réparation des traumas… si vous êtes familiers avec les empreintes des Fleurs de Bach par exemple, vous savez que plus la dilution est importante plus la plante vient toucher le psychisme et le subtil. J’ose croire que son parfum et ses massage viennent autant soulagée mon corps que mon esprit meurtri par le stress de l’année écoulée.

Le rituel des 12 jours

Rituel toujours, j’ai pratiqué depuis le lendemain de Noël le rituel des 12 jours qui m’emmène jusqu’au 6 janvier jours de l’épiphanie. Rituel proposé par Camille Sfez dans l’écoute de l’énergie de nos journées pour créer les énergies des mois à venir, je tirais aussi une carte chaque jour pour ouvrir une thématique mensuelle et un temps d’introspection et d’écriture quotidien.

J’aime le chemin que je vois se dessiner doucement, car je vois aussi s’y calquer mes envies, mes désirs et mes projets des mois à venir… et surtout ce projet de création d’entreprise qui me tient à cœur. J’espère le voir naître dans les quelques mois qui viennent même si je sens que certaines personnes de mon entourage sont inquiètes de me voir rêver de quitter un environnement professionnel qu’ils jugent confortable mais qui ne comble plus aujourd’hui toutes mes aspirations. Sans trop me projeter, je retiens que je crée ma propre réalité et que mes aspirations ont très souvent eu l’occasion de rejoindre mon quotidien de façon détournée. Alors je fais confiance à la vie et à toutes les possibilités qu’elle recèle…

Créer le chemin et la vie

Voici ce à quoi ressemble ce début d’année, dont je retiens les promesses, : celles que je me fais, celles qui se dessineront. Je retiens que 2020 m’a réappris à ouvrir mon cœur, à accepter de donner tout autant que de recevoir, à croire à nouveau en moi quand je décide d’être et d’honorer véritablement celle que je suis.

Alors j’ai l’espoir que 2021 soit dans cette lignée d’apprentissage, de gratitude et de bienveillance qui s’est amorcée ces derniers mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :