Au jour le jour,  Quelques jours ailleurs

Juillet – Retour vers la chaleur…

Bonjour,

Le temps des vacances a sonné. Et je regarde par dessus mon épaule en me demandant où est passer le mois de juin. Qu’est ce que j’en ai fait ? … Si ce n’est accumulé de la fatigue, dormir, vivre à un rythme dans lequel je ne me reconnaissais si peu. Anne-Claire (mon médecin préféré 😉 ) dit régulièrement que le corps n’est en capacité de supporter le stress que trois semaines d’affilée, que le stress est un paradigme épisodique… Et qu’après… ses ressources sont mis à mal… joyeux euphémisme !!

Grosse fatigue !!

Alors il y a eu des larmes, des crises, des torrents de sanglots. Il y a eu des douleurs, des sensations, des oppressions… Des impressions de vide, de chutes… De ne tenir que sur la résistance d’un seul fil…

Prendre soin… Prendre soin de soi a été le rappel constant de mes proches, de mon corps, des synchonicités qui se sont invitées ces dernières semaines.

Alors les trois petites semaines de vacances, trois petites semaines d’évasion, s’annoncent… Comment les traverser ? Suffiront-elles ? Quand je relis les mots laissés ici en début juin, je ne reconnais pas l’énergie qui m’animait alors. Mais j’espère que l’évasion, le calme et surtout la proximité de la nature – sans compter les retrouvailles en famille – me permettront de me ressourcer.

Dans mes bagages

J’emporte dans mes bagages des projets tricots parmi lesquels des paires de chaussettes dans les jolies laines de @monsheepshop, un petit haut manches courtes de Caitlin Hunter commencé courant juin, et un projet en laines dentelles coloris « Du lait sur les lèvres » achetées il y a des années chez @lainesvilaines à la sortie du coloris !!

J’ai aussi glissé des blocs de papier, de l’aquarelle et des crayons pour un peu d’art thérapie. Je sais que j’écrirai aussi… Cela me manque ! Juste l’impulsion d’écrire ce billet, et les mots qui coulent sans difficulté me rappelle à cette pratique tellement thérapeutique pour moi, mon mental et mon équilibre. Trois semaines de ressourcement, de méditation et de reconnection… Mais toujours cette même question : est-ce que ça suffira ? (Ça illustre le mal être non ?)

Être avec soi…

Bref, le corps est lui en attente d’attention. Le soleil, l’eau, mais surtout le mouvement. Je crois définitivement que c’est ce qui me manque, le mouvement… Sans bouger, s’empâter !! Alors se remettre à bouger mais doucement. Retrouver un rythme de vie et un rythme de sommeil dans la norme du quotidien de la majorité des gens, sans stress, avec l’espace pour réveiller mon corps chaque matin de quelques salutations au soleil ce sera un début. Finalement, cela fait deux mois que j’ai abandonné cette pratique… pourtant si nécessaire à mon équilibre (Je compte ce qui manque et ce qui a manqué…) sans doute plus que la méditation car je considère depuis longtemps les asanas comme des prières à moi-même, à mon corps et à l’univers.

J’ai bien conscience que c’est sur une note d’épuisement que je rentre dans l’été. Dans mon monde, nombreux sont ceux qui sussurent que c’est dans la normalité… Le stress post-traumatique, la fin de la saison des éclipses, les nécessaires libérations qui secouent le monde et qui ne tarderont pas à me secouer également en sortant de la stupeur dans laquelle cette période extraordinaire nous a plongé.

Bel été ! Love…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :